Retrait prothèses mammaires

La chirurgie de retrait et de révision définitive des implants mammaires est indiquée pour les personnes qui ne peuvent plus supporter de garder les implants implantés pour diverses raisons. Souvent, ce choix concerne les patientes qui ont souffert de  contractures capsulaires récurrentes ou qui se plaignent d’insatisfaction chronique car ils ressentent les implants comme un corps étranger pérenne. Une autre situation est liée aux patientes qui ont accumulé du poids et du volume dans le sein après la grossesse et qui souhaitent remodeler leurs seins sans avoir besoin du volume lié aux prothèses.

Changement prothèses mammaires en Tunisie : pour quelles raisons ?

Les causes ou raisons qui ont conduit à la demande de retrait d’implant mammaire peuvent être par exemple:

  • Implants mammaires trop gros
  • Contracture capsulaire récurrente par laquelle la capsule de la glande autour de la prothèse, même après une ablation chirurgicale, se reforme aussi fort qu’avant.
  • Rupture de la prothèse.
  • Une augmentation du volume de vos seins que vous n’aviez pas au moment du premier implant en raison d’une prise de poids ou de la ménopause.
  • Inconfort et sentiment d’encombrement à l’égard de ses activités récréatives, motrices et sportives.
  • Changement des désirs intimes liés à son caractère ou à son âge.

Lorsque la patiente refuse la révision de la poche prothétique avec un nouvel implant et décide du retrait définitif, il n’est pas toujours aussi évident d’obtenir des résultats esthétiquement satisfaisants. La patiente doit savoir que le chirurgien devra travailler avec des tissus mammaires sous-représentés ainsi qu’avec des tissus lâches et stressés suite à la chirurgie précédente.

Retrait des prothèses mammaires : déroulement de l’intervention

L’opération débute par la première phase d’un retrait des prothèses et de la toilette chirurgicale de la capsule, ou de l’enveloppe fibreuse qui les recouvrait (capsulectomie). Lorsque la patiente ne présente pas de contracture capsulaire, il est possible de conserver la capsule afin de laisser autant de volume et d’épaisseur aux tissus qui seront utiles pour la mastopexie ultérieure.

Si les prothèses retirées ne sont pas trop volumineuses, une mastopexie périaréolaire «Round Block»    peut être suffisante, c’est-à-dire une technique de cicatrice minimale qui se positionnera uniquement autour de l’aréole. Cette technique permet d’éliminer un peu de peau en excès autour de l’aréole, de réduire le diamètre aréolaire lui-même et, grâce à une suture périmétrique non résorbable, d’obtenir une cicatrice très fine. Cette technique peut être associée au lipofilling qui vous permet d’augmenter le volume des pôles supérieur et externe de la glande en transplantant votre tissu adipeux.

En réalité, dans la plupart des cas, une mastopexie est réalisée avec une cicatrice en T inversé qui, malgré une plus grande extension des cicatrices, permet des résultats plus stables. La technique permet de recompacter et de soulever la glande. De plus, en utilisant le volume glandulaire de la partie mammaire inférieure, nous pouvons remplir le pôle supérieur vidé avec la technique dite d’auto-prothèse glandulaire. La glande présente dans le pôle inférieur sous l’aréole est maintenue et retournée dans le pôle supérieur du sein pour donner tonus, soutien et projection au nouveau sein.

Lorsque le lipofilling est utilisé en complément de la mastopexie, nous définissons la plastie hybride car nous utilisons ensemble deux techniques distinctes. Cette technique est idéale pour les patientes qui ne sont pas trop minces pour pouvoir ajouter du volume avec le tissu adipeux et qui souhaitent une liposculpture contextuelle pour remodeler le corps.

Avant l’opération

Avant de planifier une chirurgie de retrait d’implant mammaire et une révision de reconstruction, la patiente a souvent emprunté des voies différentes ou même des chirurgies différentes pour évaluer s’il existe des choix moins radicaux. Le retrait de la prothèse peut être vécu comme une défaite mais la plupart du temps le patient qui arrive le fait comme une libération. Du point de vue diagnostique, il faut exclure la présence de processus pathologiques en cours dans le cadre de la mammaire.  En plus des analyses sanguines courantes préparatoires à toute opération chirurgicale, la mammoplastie comprend une échographie, une mammographie ou une résonance magnétique et un électrocardiogramme.

En plus de l’électrocardiographie, de l’échographie et de la mammographie, il sera nécessaire de procéder à un contrôle des prises de sang: formule sanguine avec formule leucocytaire, glycémie, créatininémie, azotémie, électrolytes plasmatiques (chlore, calcium, potassium, sodium) protéines totales, foie fonction, cholinestérase, fibrinogène, coagulation, radiographie thoracique 1 semaine avant, tampon Covid-Sars2 à réaliser 2 jours avant la chirurgie.

Concernant les autres indications à respecter strictement:

  • La pilule contraceptive doit être arrêtée au moins un mois avant la date fixée pour la chirurgie,
  • Vous serez arrêté de prendre des médicaments contenant de l’acide acétylsalicylique.
  • La consommation de cigarettes sera réduite au moins à partir de 4 semaines avant la chirurgie.
  • Il sera nécessaire d’informer le chirurgien de la prise de médicaments pour les thérapies et traitements en cours.

Intervention chirurgicale

Le jour de la chirurgie, le chirurgien réalisera des dessins préopératoires adéquats comme lors d’une mastopexie pour symétriser les proportions du nouveau sein et les harmoniser par rapport aux paramètres de la poitrine que sont l’arc jugulaire, la ligne médiane, la ligne axillaire, la ligne médio-brachiale, le sulcus sous le sein.

La prothèse sera retirée et une capsulectomie sera réalisée si la prothèse a créé une inflammation sévère du tissu. Le tissu sera ensuite lavé de tout résidu de silicone s’il y a eu une rupture dans la prothèse. L’opération se poursuivra par le remodelage de la glande résiduelle avec une technique de mastopexie pédiculaire supérieure avec auto prothèse glandulaire avec cicatrice en T inversé. Pour obtenir le meilleur résultat, la patiente, endormie, sera positionnée comme si elle était semi-assise. L’intervention est complétée par le positionnement des drains d’aspiration et la fermeture des étagères.

Convalescence d’un changement d’implants mammaires

Les temps de récupération après une chirurgie d’explantation de prothèse sont plus rapides qu’une chirurgie d’insertion de prothèse. Après l’opération, les drains sont laissés au moins une journée mais dans le cas d’une capsulectomie même quelques jours de plus si le sérum est abondant. Un pansement compressif est appliqué. Les bandages sont alors remplacés par un soutien-gorge élastique (“de sport”, sans armatures, avec ouverture sur le devant et bien contenant) qui doit être porté pendant au moins un mois (mais il est conseillé de continuer à l’utiliser pendant les périodes suivantes, afin de améliorer le résultat). Pendant les 15 premiers jours, cependant, il est recommandé d’éviter les efforts qui impliquent les mouvements des bras: c’est le soin du patient d’être soutenu dans l’exécution de tâches telles que les courses, le ménage à domicile, la garde des petits enfants.

Ce n’est que plus tard que les activités normales pourront reprendre, toujours en suivant les instructions du chirurgien. Il est important d’éviter le contact des sutures externes avec de l’eau dans les sept jours suivant la chirurgie: cela pourrait compromettre la bonne cicatrisation. En cas d’inconfort postopératoire (engourdissement, douleur et gonflement), des analgésiques sont prescrits et, pour éviter les infections, le chirurgien peut également indiquer une antibiothérapie.

A lire également

Comment choisir les implants  mammaires?

Cicatrices prothèses mammaires